Catégories
Roos Spekto

La petite vite de Roos Spekto vol.1

Ouais, je vous ai négligés un peu ces temps-ci, j’en suis presque désolé. Les jours défilent plus vite que mon rythme faut croire. Mais comme vous avez été nombreux à écrire à la direction pour avoir de mes nouvelles, Roosshima m’a comme un peu poussé dans le cul pour que je ponde une chronique au plus sacrant. Pas content le monsieur de constater que plus de lecteurs se souciaient de moi que du reste de son site…

Tout cela pour vous dire que je me suis entendu avec lui à propos d’un format, d’une fréquence et de quelques consommations additionnelles. À partir de maintenant, j’écrirai une fois par semaine un semblant de récit racontant mes péripéties, mes découvertes et mes réflexions du moment; ça vous intéresse? Je l’espère, ça me donnera un peu plus de poids dans ma prochaine négociation!

Alors voilà, je me lance. Avec quoi? Des nouvelles de mes frères. Rassurez-vous, ils sont toujours vivants. Phil continue son pèlerinage intérieur quelque part en Asie alors que Rio commence à apprivoiser lentement sa main handicapée. D’ailleurs, Rio et moi serons présents au spectacle de Mass Hysteria le 24 septembre aux Foufs; c’était malade la dernière fois!

Vous voulez avoir des nouvelles de mes amis? Pourquoi pas? Il y a ce motard esseulé, MA Rush, qui s’est confié intimement à Pousty la semaine passée. Je vous jure que Rebecca l’a marqué pas à peu près! Il y aussi mes deux potes (Kaptain Kustard/Karisma) un peu défoncés sur la poudre qui ont su réfléchir ensemble afin de sécuriser les cyclistes à Montréal; un grand partage

De mon côté, j’ai un brin repris espoir de retrouver la chaleur et le confort de ma psy prochainement. Son couple doit battre de l’aile si elle a daigné me texter au milieu de la nuit…

Bon, je termine cette première nouvelle chronique avec cette drôle de bière achetée récemment dans le quartier Hochelaga un pluvieux soir de beuverie. Une canette de 473 ml de bière blonde un tantinet trouble. Une pale ale plutôt anglaise qui goûte les céréales. Une belle amertume en finale pour te rappeler rapidement que ton gosier est sec. Une étiquette douteuse pour fitter avec douteux.org. Mais un produit honnête au final malgré le doute créé par le concept…

À la semaine prochaine, chers lecteurs! On se croise peut-être d’ici là…

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s