Catégories
musique

WD-40 dans les brumes

Un spectacle de WD-40, c’est toujours une fête, une célébration de la vie. En ce dernier vendredi d’août, la joie ne peut qu’être au rendez-vous. Question de bien débuter le tout, une visite au Dieu du Ciel! s’imposait. J’y ai dégusté une superbe Solstice d’été aux mangues pour prendre mes vitamines, une sublime Immoralité pour me préparer aux paroles d’Alex et un toujours excellent Péché Mortel pour tremper dans le vice correctement.

WP_20150828_011

Après avoir marché quelques minutes en compagnie de Pousty et de Dubby, nous arrivons enfin au Quai des Brumes, là où le légendaire band peaufine quelques trucs avant de livrer son concert. Nous avons donc le temps de visiter le bar pour commander de nouveaux breuvages et la sympathique chute d’eau pour nous libérer des consommations précédentes. C’est donc verre en main que j’accompagne mes fidèles compagnons vers l’avant…

WP_20150828_018_20150830093308_20150830093441WP_20150828_021_20150828230155_20150828230236

Ma dépendance donne le coup d’envoi à cette prestation. La foule autour de la scène se compacte sans s’agiter pour autant, la formule « acoustico-intime » se prêtant mieux à l’écoute qu’à l’énervement. Le trio est accompagné d’un quatrième musicien qui s’intègre bien à la formation. Malgré les petits déséquilibres sonores, Alex et sa troupe poursuivent leur performance en s’ajustant comme de vieux pros. Les gars sont là pour se faire plaisir et pour partager ce bonheur avec les gens venus les voir; formule idéale pour tout le monde! Le premier set d’une dizaine de chansons se veut à la fois du bonbon et un teaser; on en veut plus! Les classiques Là où les chiens jappent du trou d’cul, Café Chrétien, Jour de Paye et Fantastik Strapagosse retiennent davantage l’attention générale, mais les autres morceaux trouvent très bien leur place également.

WP_20150828_026WP_20150828_027WP_20150828_028

Au deuxième set, ça monte d’un cran. Le son est meilleur, le band est en forme, la foule participe. Et quand à mi-chemin les premières notes de Né pour être sauvage se font entendre, le party explose. Clairement, ça n’arrêtera pas avec Souvenir d’Amos, Mouche à marde et Je reviens de l’est avant le très attendu rappel. Ce rappel nous balance en pleine face trois des plus grands hymnes rock and roll locaux: Caisse de 12, Y’en aura pas de p’tite culotte et Tout pour le rock, comment peut-on demeurer calme et sans émotion? Impossible…

WP_20150828_035WP_20150828_039WP_20150829_001

Au final, un autre concert mémorable de WD-40 gravé sur le disque dur du cerveau. Une formule acoustique légèrement trafiquée, un Alex showman qui s’amuse autant entre les chansons qu’en chantant, un Jean-Loup fidèle à lui-même qui livre la marchandise contre vents et marées, un Hugo solide et rassembleur derrière ses peaux, un quatrième complice un brin effacé mais non moins efficace qui se greffe à l’ensemble; une maudite belle soirée les gars. Faites-nous signe quand l’envie de recommencer vous prend!

WP_20150828_015WP_20150830_001WP_20150828_034

Une réponse sur « WD-40 dans les brumes »

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s