Catégories
bière musique

Le top-10 Pouzza de Roos Spekto

C’est bien beau des articles qui nous guident vers des bands, mais il faut savoir ensuite revenir sur ce qu’il y avait de bon lors de ce Pouzza 7; n’est-ce pas Philozique? Comme ça traîne un peu, je me permets cette initiative: mon top-10 du week-end!

10. La Full Time I.P.A. 

Cette west coast IPA est tellement rafraîchissante et fruitée qu’elle a littéralement volé la vedette à la pompe! Du houblon bien balancé dans tous les sens du mot, un match parfait avec le festival. Ceci étant dit, juste du positif à souligner du côté de Beau’s et du Trou du Diable une fois de plus!

9. Dead Broke

Les Ontariens ont été les premiers à mettre du feu dans mon cerveau. Il y avait eu de très belles prestations avant eux, mais on venait de passer à un autre niveau grâce surtout à la présence scénique de leur chanteur, un genre de Sam Murdock pour vous situer. Ma photo est peut-être merdique, c’est toutefois l’intention qui compte, ok?

IMG_20170519_182028410_HDR

8. CAPABLE!

Il fallait absolument que je les vois comme il faut cette fois-ci! La dernière fois, j’étais arrivé trop tard (récit à lire) et dans un état avancé. Samedi, j’étais sur la coche comme dirait la serveuse du Boston Pizza d’Anjou. Et le band a été à la hauteur de mes attentes. Drôle, divertissant, débrouillard et plutôt tight sans se prendre au sérieux; exactement ce que devrait être ce genre de punk. J’ai quitté les lieux satisfait et bien vêtu du t-shirt rouge acheté sur place!

Un spectateur ébloui…

18641819_409487222770617_1306530605_o

7. Crash Ton Rock

Eux autres, je les aime depuis toujours. Malheureusement, ils jouaient souvent à des heures ingrates ou tôt en première partie quand je les voyais. Différente histoire cette année au Pouzza et tant mieux pour eux! Performance énergique au possible, belle découverte pour Le Stud qui écoutait attentivement. Justement, Le Stud, voilà la troisième galette du band, Volte-Face, va donc te l’acheter!

6. BonVivant

Ce groupe a du talent, des solides compositions, du chien et de la prestance; pourtant c’est encore un secret bien gardé à Montréal. Toujours un bonheur de les voir et de les écouter, peu importe l’endroit. Sérieusement, ce groupe mérite davantage de reconnaissance. Remarquez que les gars préfèrent peut-être évoluer dans l’ombre; je devrais le leur demander la prochaine fois que je les rencontre. Très prochainement d’ailleurs!

5. Barrasso

Une fois de plus, Barrasso a prouvé qu’il fait partie des incontournables au Québec quand on veut rocker. Devant une très bonne foule, le quintet a livré la marchandise. Et ceux qui attendaient Lagwagon ont sûrement fait une belle découverte. Les récentes pièces rentraient au poste au même titre que les plus anciennes. De l’assurance, voilà ce que je me disais en observant les gars s’amuser sur le stage. Bien hâte à la deuxième galette en tout cas…

4. Le côté féminin du Pouzza

Des musiciennes incroyables, des spectatrices en grand nombre, des bénévoles un peu partout; les femmes n’ont rien à envier aux hommes! Bravo à toutes celles qui ont rendu cette édition encore meilleure que les précédentes! Girl Power!!!

2-3. Kennedy/Jesus Horse

Peut-être les deux meilleures performances du Pouzza. Du hardcore aux limites du freak show; les Katacombes en shakent encore quelques jours plus tard. De l’humour, de l’imprévisible, de l’énergie et de la folie! Qui était meilleur que l’autre? Pas à moi de décider, deux bibittes différentes malgré certaines similitudes, deux beaux projets musicaux. Ça fait sortir le méchant et ça déstabilise en même temps. Ça redonne un élément dangereux au punk. Je me suis senti revivre. Merci les gars!

Des photos de Kennedy pis le bandcamp de Jesus Horse…

1. Tagada Jones

Comme Barrasso, Tagada Jones jouait sur la scène extérieure. Au début, je n’étais pas chaud à l’idée, j’aurais préféré voir TJ en salle, question d’intimité et de sono. Par contre, avec cette formule, plusieurs personnes avaient la chance d’assister à ce spectacle gratuit. Et la foule était au rendez-vous! Les nouvelles chansons ont été accueillies avec autant de joie que les classiques, preuve que la dernière rondelle est de très fort calibre. Une performance digne de la plus haute marche du podium. Bravo Tagada Jones, j’en ai encore des frissons juste à me rappeler la superbe Mort aux Cons!

À l’an prochain les camarades!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s