Catégories
chronique Roos Spekto

Le Retour de la Psy (partie 2)

Le Retour de la Psy, première partie ici

Ce « Quoi de neuf depuis notre dernière rencontre, M. Spekto? » résonnait tel un écho éternel dans mon cerveau. Le ton clinique de sa voix m’avait complètement déstabilisé. Le M. Spekto s’adressait-il vraiment à moi ou n’était-ce qu’une creuse formule de politesse pour « déjouer » la curiosité de la secrétaire, sûrement blottie à quelques millimètres de la porte? Je ne savais trop. « Toujours dans vos pensées, M. Spekto? » m’avait-elle lancé, suivi d’un petit rire moqueur, ce qui m’avait permis de revenir en temps réel et de laisser tomber mon questionnement existentiel du moment. C’était le début d’une longue discussion où bien sûr ma santé mentale prenait beaucoup de place. Je sentais que Lynda m’écoutait attentivement et qu’elle était très sensible à mes nombreuses problématiques. Elle ne m’interrompait que très rarement, se limitant à des questions ici et là afin de clarifier une zone floue. Après environ une heure de déballage verbal, je m’étais tu en l’observant timidement. Elle prenait encore des notes comme si je poursuivais le récit de mes déboires. Diantre qu’elle était belle, concentrée sur ses feuilles, avec ses yeux clairs, sa mèche rebelle au milieu du front et ses lèvres humides qui lui dictaient silencieusement les mots qu’elle écrivait doucement. Je n’osais pas trop regarder son cou, sa gorge et cette section invitante qui se prolongeait jusqu’au premier bouton attaché de sa blouse, de peur de m’y perdre…

« Mon pauvre Roos, tu aimes t’en faire avec pas grand-chose, tu le sais? Tu te crées des montagnes en suranalysant tout, ton manque de confiance te joue de vilains tours… » Elle avait débuté sa réponse avec ces mots, du moins dans mon souvenir, puis j’ai un peu oublié le reste. Parmi les conseils exprimés, j’avais retenu de mettre de côté les réseaux sociaux, de ne pas boire pour fuir et de ne pas laisser la colère monter en moi lorsque je la sentais pointer son nez. Lynda connaît tout de mon passé, mon caractère explosif ne date pas d’hier. Je me suis assagi au fil des années mais il y a toujours un feu latent au creux de mon ventre qui n’attend qu’un souffle sur ses braises pour s’enflammer. Mon désir constant de jouer au justicier ne me rend pas souvent service, j’alimente mon four interne. Je m’égare, désolé lecteur patient, je reviens à ma rencontre avec ma psy. Comme tu peux le deviner, le ton et l’ambiance s’étaient adoucis, détendus, réchauffés. Lynda s’était approchée de moi, m’avait touché l’épaule droite, puis la gauche avec son autre main, m’avait regardé droit dans les orbites en me demandant très peu subtilement: « As-tu encore du méchant à faire sortir? »

Ce furent de merveilleuses retrouvailles, ce bien-être réapproprié en fusionnant nos corps et nos âmes se décrit difficilement en simples mots. Une connexion possible par l’ensemble des sens qui offrent et reçoivent simultanément une quantité intense de messages et de sensations. Peu de mots, surtout des gestes instinctifs et des sons primitifs. Une pleine jouissance dans tous les sens du terme. Du bonheur, de la délivrance. Un volcan de sentiments positifs.

On avait convenu d’un prochain rendez-vous la semaine d’après. Mon cas nécessitait un suivi serré, prétendait-elle presque sérieusement. On s’était échangé un dernier baiser passionné, puis elle m’avait demandé de quitter sans l’attendre, elle avait des trucs à terminer. J’avais obtempéré assez facilement, question de ne point briser la magie qui nous entourait. Je connais ma psy, elle n’aime pas trop être contrariée…

Notre deuxième rencontre aurait lieu une semaine plus tard, à la même heure évidemment…

(à suivre)

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s