Catégories
chronique Roos Spekto

Le retour de la psy

Les ombres feuillues valsent devant mes pieds telles des vagues indisciplinées au gré de la brise douce et irrégulière. À l’intérieur de ma boîte crânienne se balancent probablement au même rythme mes pensées. Trente-trois minutes se sont écoulées depuis la fin de ma visite et je suis encore assis sur ce banc de parc à quelques pas de marche du cabinet, là où m’a reçu ma très chère psy. Surpris, lecteur fidèle? Je t’avais caché cet aspect récemment. Je m’en excuse, je ne recommencerai plus. Du moins, j’essaierai…

***

C’était un soir glacial de décembre, un texto inattendu avait fait vibrer la poche de mon jeans ainsi que, deux secondes plus tard, mon coeur et mon âme. Ma psy avait décidé de rétablir le contact. Terminée la trêve, elle pouvait me recevoir à nouveau. Pour mon bien m’avait-elle dit; pour le sien également d’après moi. Un peu imbu de lui, le Roos? Sûrement, mais l’infatuation n’est pas toujours dans le tort!

Deux jours plus tard, j’avais enfin droit à ma première séance en plus de vingt-quatre mois. T’as pas idée à quel point l’excitation, le soulagement et la nervosité s’entremêlaient langoureusement comme un trip à trois savamment orchestré. Karisma en aurait perdu son latin tellement les notions de top, de bottom et d’identité sexuelle se foutaient de leurs rigides définitions. J’en suais des tempes dans la salle d’attente, seul avec mes étranges pensées à l’exception de la secrétaire qui m’observait parfois d’un air mi-méfiant, mi-amusé. Fidèle à son habitude, Lynda m’avait réservé la dernière plage d’un bloc, soit celui de l’après-midi cette fois-ci. Une prolongation de séance étant souvent de mise…

D’ailleurs, avant de m’inviter à la suivre dans son bureau, je l’avais vue s’adresser à sa secrétaire, signe que celle-ci pouvait quitter les lieux sans attendre la fin de ma consultation. Dois-je t’expliquer que je commençais à me créer de croustillants scénarios en m’assoyant dans le fauteuil de cuir? Le claquement de porte m’avait toutefois sorti de mes rêves éveillés, un peu comme un claquement de doigts de Messmer. Lynda s’était dirigée d’un pas ferme derrière son bureau, avait ouvert mon dossier puis écrit quelque chose, s’était levé les yeux vers moi et avait enfin prononcé la phrase suivante: « Quoi de neuf depuis notre dernière rencontre, M. Spekto? »

(à suivre)

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s