Catégories
bière musique Roos Spekto

La Petite Vite de Roos Spekto

Salut, ami-lecteur, ça fait un petit bout que je ne me suis pas adressé directement à toi sur cette tribune. Pas que je m’intéresse moins à toi ces temps-ci, juste un peu occupé à mettre un semblant d’ordre dans mes dossiers personnels. Les vacances approchent, vaut mieux être top shape pour suivre un rythme intéressant. Tu me pardonnes? Parfait, voici ce qui meuble mes journées récemment…

Deux belles sorties cette semaine. Il y a d’abord eu ce mardi au Boswell, puis ce vendredi au Benelux; deux de nos repaires montréalais. Au Boswell, il faisait bon boire, manger et discuter de façon musclée avec mes frères, MA Rush, Karisma et Gama. D’ailleurs, je te promets un article au sujet de cette soirée prochainement sur le site spektophiles.com. Sache cependant que la Colorado du Castor et la West Coast IPA de la place ont fait de moi un homme heureux et fébrile. Ça jasait fort et ferme, au grand dam des dames autour de nous et de MA Rush qui enlignait ces dites dames. Meilleure chance la prochaine fois, encore, MA Rush…

Justement, cette prochaine fois est arrivée vite, trois jours plus tard pour être précis. Nous étions quelques joueurs à devoir nous réunir pour aller au spectacle des Dales Hawerchuk dans le cadre des Francofolies. Tu connais pas les Dales, avec un « s » bien entendu? Misère, il n’est pas trop tard pour t’éduquer un peu. Je te résume ça en quelques lignes. C’était en 2005 qu’un quatuor jeannois shootait sa première rondelle intitulée Les Dales Hawerchuk, au grand plaisir des amateurs de rock francophone. Le fameux Dale Hawerchuk, après une belle discussion, a même donné sa bénédiction au groupe pour utiliser son nom; que de la classe de part et d’autre, hein? Treize titres pour divertir les auditeurs, encore plus solides en live pour les avoir vus à cette époque. Encore mon album préféré à ce jour; écoute ça!

Il y a ensuite eu deux albums en 2008 et 2011, Les Dales Hawerchuk 2 et Le Tour du Chapeau. 28 morceaux à ajouter dans les potentielles set-lists. Parmi celles-ci, je ne peux passer sous silence Le Reel du Petit Minou, À Soir On Sort, 2e Galette, Papillon, Bébé Phoque, Chasseur à l’Affût, Rhum and Coke, Poches Pleines d’Or pis Facebook.

Et en novembre dernier, sans trop l’attendre, on avait droit à une nouvelle offrande, Désavantage Numérique. 11 pièces bien ramassées qui s’écoutent en boucle aussi bien en voiture qu’en spectacle comme lors du show de vendredi. Les gars adorent leur dernier bébé, ça paraît car ils l’assument! Une bonne demi-douzaine de titres joués, juste parfait pour MA Rush qui adore cet album autant que moi. Philozique aussi aime ça, tu peux lire sa critique ici: Puck and Roll.

Capture d_écran (15)

Pis c’est quoi le rapport du Benelux finalement? Parce que c’est la place idéale quand l’action se passe au Quartier des spectacles. La bière est toujours bonne et le service est excellent. T’en parleras à MA Rush qui discutait tatouages avec Blondie entre deux consommations… De mon bord, j’ai savouré ma Sabotage, une excellente American IPA, et découvert une très étonnante Triploïde, une triple nouveau genre à 9,5% d’alcool. Bonnie dégustait la sienne en tentant de convaincre mon frère que Pump Up The Volume était un film marquant en 1990. Rio a dit que pas tant et que presque tout était de la marde à part son esti de Breakfast Club. Tsé quand ça fait une centaine de fois que tu l’entends répéter la même affaire, tu ne l’écoutes même plus. Et tu te mêles de la discussion entre MA Rush et Blondie!

Voilà, la dernière semaine a ressemblé à ça. Tu veux savoir si MA Rush a réussi à avoir une date avec Blondie, c’est ça? Malheureusement pour lui, non. À cause de moi? Non, je refuse d’être un adversaire pour un chum. Par contre, comme la discussion Pump Up The Volume / Breakfast Club tournait au vinaigre, Bonnie a décidé de sacrer son camp. Elle a ramassé ses affaires, salué MA Rush et moi, envoyé chier Rio et quitté les lieux avec son casque de vélo sur la tête… et celui de Rio dans les mains. Quelques secondes plus tard, je l’apercevais tourner le coin de Jeanne-Mance le majeur bien brandi en direction du frangin. Derrière elle roulait Blondie, qui venait de terminer sa soirée de travail, avec un casque et une monture que je connaissais trop bien…

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s