Catégories
musique

Récit d’une journée au Heavy Montréal 2015 (Deuxième partie)

Quelques mentions honorables avant de poursuivre: 1. Bravo Pousty Jr, tu n’es pas tombé dans les pommes comme l’an passé à pareille heure. Remarque que ce n’était peut-être qu’une stratégie pour te faire cajoler par cette jolie infirmière qui est venue à ton secours? 2. Dubby Pepsi qui boit du Coke, c’est touchant! C’est vrai que c’était gratuit. 3. Les jeunes dames qui vendent des shooters ou des fruits pendant le festival, vous avez tout mon respect. Ça ne doit pas être facile vendre vos produits et, surtout, entendre mille fois les mêmes blagues et commentaires…

Revenons à l’essentiel, c’est-à-dire la musique. B.A.R.F. se démarque du lot par son style, par ses paroles en français et par les nombreux mots d’église utilisés par Marc Vaillancourt, le chanteur charismatique selon les uns, le gueulard détestable selon les autres. Celui-ci, genre de mélange de Iggy Pop/Johnny Rotten/Lemmy/Plume, ponctue ses phrases en sacrant et exprime tout haut ce qui peut lui passer par la tête. Il ne laisse personne indifférent et la musique qui accompagne ses mots et ses cris est en symbiose avec le personnage. Bon mélange de vieilles chansons et de nouvelles, superbe interprétation de Moutonoir (Plume aurait sûrement aimé!) et belle réponse du public. Personnellement, B.A.R.F. m’a fait plaisir en jouant Crever d’Soif et Le Petit Poisson; la soirée était bien lancée!

WP_20150808_057  WP_20150808_058

Le temps d’aller me chercher à boire et à manger, Dubby pratiquait ses pas de danse sur les airs connus de Billy Talent et Pousty résistait à l’appel de la boisson. Après avoir marché, testé le tapis gazon, bu et mangé, Billy a cessé de chanter et notre groupe s’est scindé en deux. Les petits allaient voir NOFX, les grands avaient choisi Devin…

WP_20150808_025_20150810120938 WP_20150808_026_20150810121027 WP_20150808_027_20150809211720 WP_20150808_031_20150809184143

Devin Townsend Project prend place sur la Scène de l’Apocalypse. Comme le dit le nom, il s’agit du projet de Devin Townsend, homme aux multiples talents (vous pouvez remplacer « talents » par « personnalités » ou par « groupes »!) C’est la première fois que j’assiste à un spectacle de l’artiste même si je possède quelques cd de Strapping Young Lad et de trucs solo. Honnêtement, c’est à la hauteur de sa réputation; quel son et quelle voix! En prime, le type possède une aisance hallucinante devant le public. Son humour, sa vivacité d’esprit, sa générosité et son énergie ont séduit même les plus hostiles. Je dois absolument revoir ce grand artiste lors d’un spectacle complet. Pousty est bien d’accord même s’il n’apparaît sur aucune photo!

WP_20150808_062  WP_20150808_063

Nous arrivons à temps pour entendre NOFX massacrer à leur façon Les Champs Élysées. À la conclusion du spectacle, Dubby et Spitty nous racontent à quel point ils ont apprécié ce qu’ils ont vu et entendu. Quand je demande à Spitty si le band a joué pas mal les mêmes chansons qu’au Warped Tour 2006, il me regarde et me dit: « Je ne me souvenais même pas de les avoir vus! » Mais le vieux libidineux se souvenait très bien de Joan Jett (comme dans une dizaine d’années il se souviendra de Lita Ford mais plus de NOFX!)

Iggy Pop prend place sur la Scène Heavy alors que nous demeurons devant la scène de gauche, question d’être bien placés pour le clou de la soirée. Que dire de Iggy? Le type est encore en forme pour son âge et il donne un bon spectacle. Je ne suis pas un grand fan de sa musique, j’admire plus l’homme et le personnage que son oeuvre en fait. C’est toujours agréable voir une légende de ce calibre en personne. Ce type a toujours fait à sa tête et ça me plaît. Ce soir, il s’amuse et entraîne avec lui pas mal de monde. Bravo Iggy, bien joué!

Ça se compresse devant la scène tout de blanc vêtue lorsque la bande à Patton fait son apparition. Faith No More foule le sol montréalais pour la première fois depuis la fameuse émeute du stade olympique en 1992. Les gars s’en souviennent, moi aussi! Motherfucker part le bal et ça n’arrêtera pas jusqu’à la dernière note du show. Ça explose dans la foule quand des tubes comme Epic et Midlife Crisis sont joués. Beaucoup de chansons de l’album King for a Day… Fool for a Lifetime, mon préféré, sont présentes sur la setlist, je suis comblé! Les nouvelles pièces passent bien le test, décidément tout roule pour le groupe. La classique reprise des Commodores, Easy, est chantée en choeur par la foule qui apprécie le moment de répit. Au rappel, FNM nous sert l’explosive Digging the Grave avant de conclure avec les superbes This Guy’s in Love with You (chanson popularisée par Herb Alpert) et Just a Man. Dubby, sûrement encore sous le choc du plongeon de Mike Patton dans l’assistance à quelques pouces de lui, en mélange ses paroles. Un grand moment…

WP_20150808_064  WP_20150808_066

Si j’avais un podium à dresser pour cette merveilleuse journée, je donnerais la médaille d’or à Faith No More, celle d’argent à Devin Townsend Project et le bronze à Dig It Up. Je dois cependant vous avouer que j’ai apprécié tous les spectacles auxquels j’ai assisté.

À l’an prochain, Heavy Montréal!

(merci mojoeric pour le clip!)

Une réponse sur « Récit d’une journée au Heavy Montréal 2015 (Deuxième partie) »

Personnellement je ne comprends pas qu’il y avait du punk dans le cadre d un festival heavy metal. Que dire de faith no more. À mon avis, ça ne mérite pas une tête d’affiche. Le groupe manquait de proximité avec les fans à cause des fleurs blanches. Bref, je suis déçu de cette journée. Bel article quand même

J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s