Catégories
musique

Armored Saint remporte la mise les doigts dans le nez

Il y a parfois de ces albums qu’on n’attendait pas et qui nous font plaisir. Armored Saint vient d’en larguer un et je suis encore sous le choc. Que s’est-il passé depuis 2010 pour arriver à ce séduisant Win Hands Down?

Pour ceux qui l’ignorent, Armored Saint existe depuis plus de trente ans. Quand la scène « metal » a explosé aux States dans les années ’80, plusieurs bons bands ont obtenu des contrats avec des maisons de disques. De 1983 à 1987, Armored Saint a sorti un EP chez Metal Blade puis 3 LP chez Chrysalis qui sont devenus des classiques incontournables. Personnellement, Raising Fear a joué en boucle sur ma table tournante pendant des mois en 1987 et le spectacle du 26 septembre de cette même année au défunt Palladium en compagnie de Deaf Dealer/Halloween/Grim Reaper est encore gravé dans mes souvenirs. T’en souviens-tu Pousty? Dire que nous avions bu illégalement dans un bar de la rue St-Denis…

WP_20150721_001 Palladium = Bibliothèque et Archives Nationales du Québec!

– C’est beau le Roos, mais on est en 2015…

Ce band que l’on croyait mort lorsque John Bush est allé chanter pour Anthrax, principalement de 1992 à 2005, a retrouvé un peu de vie dans les années 2000 sans trop créer de remous. En 2010, il y avait eu la sortie de La Raza qui ne m’avait pas convaincu. Comme une bière un peu « flat » ou sans saveur, ça faisait le travail sans plus; à quoi bon en reprendre? Puis comme ça, en juin dernier, le band nous pond sans tambour ni trompette un opus digne de ses belles heures…

1989?    Non, 2015!

L’album part en trombe avec la chanson Win Hands Down qui met en valeur la puissance vocale de Bush et la versatilité du groupe comme en témoigne ce surprenant solo « free jazz » au milieu de la pièce. Mess nous entraîne instantanément dans une transe pogo avant de délivrer ma chanson préférée de la galette, la « classique Armored Saint » An Exercise in Debauchery. Il me semble d’ailleurs que je l’aurais placée au début de l’album avec ses premières notes annonciatrices de l’arrivée de l’armée sainte. Muscle Memory (inutilement longue) me donne plus le goût d’aller au bar me prendre une consommation ou aux toilettes pour me soulager mais l’envie de thrasher me reprend immédiatement avec That Was Then, Way Back When et With a Full Head of Steam avec l’intéressante présence féminine en voix additionnelle. In an Instant fait penser à The Tea Party en début de couplet mais là s’arrête la comparaison, ça décoiffe en masse par la suite. Dive vient ensuite brouiller les cartes avec son rythme lent et ses surprenantes harmonies qui envoûtent l’esprit. On « plonge » dans une atmosphère lourde mais plaisante, étrange… Le tout se conclut avec entrain par l’entremise de Up Yours qui se veut à la fois indépendante et juvénile. Plus de 50 minutes de musique au total, du bonheur sur presque toute la ligne!

Armored Saint – Win Hands Down (Metal Blade) 8,75/10

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s