Top 11 Rock-Métal de 2019 signé MA Rush

Des choix déchirants à faire cette année: de très bons albums qui ont été publiés depuis janvier n’ont pas passé la coupure de ce top 11 : les albums de Cult of Luna, Killswitch Engage, Alter Bridge, Big Wreck, Soen et The Raven Age méritent une mention même s’ils ne se retrouvent pas dans cette rétrospective.

11. Dirty Honey, Éponyme (Indépendant)

dirty honey LP FINAL COVER vintage copy.

Cette formation de Los Angeles lançait au printemps dernier un premier EP de 6 chansons ayant eu un impact certain sur la planète Rock. En effet, Dirty Honey a été, en 2019, le premier groupe indépendant à obtenir la première place du prestigieux palmarès ‘’Mainstream Rock Songs’’ du magazine Billboard, avec sa chanson When I’m Gone. Avec leur Classic Rock traditionnel à la sauce GnR/Tesla/Black Crowes, les gars de Dirty Honey ont su créer un buzz avec leurs chansons accrocheuses, la voix rauque du chanteur Marc Labelle et leurs prestations enflammées (ils en ont surpris plus d’un au Heavy Montréal et au MTelus en octobre).  Du bel ouvrage sans prétention par un jeune groupe voué à un bel avenir !

10. Dream Theater, Distance Over Time (Inside Out/Sony)

Résultats de recherche d'images pour « dream theater distance over time »

Enfin, un très bon album de Dream Theater!  Étant un fan depuis 1992, je dois avouer que depuis une bonne dizaine d’années et le départ de Mike Portnoy, le groupe me laissait un peu sur ma faim. Je trouvais les albums prévisibles et le style du nouveau batteur Mike Mangini beaucoup trop robotique à mon goût, quoique très technique. De plus, l’album précédent, The Astonishing, avait été une grande déception, avec son concept un peu mou à la Broadway Musical. Avec ce dernier opus, j’ai enfin l’impression que des humains jouent sur un album plus accessible sans aucun morceau ne dépassant les dix minutes. En fait, la musique est plus directe et urgente même s’il y a toujours de nombreux solos. Des pièces comme Paralyzed, Barstool Warrior, At Wit’s End, Pale Blue Dot et Viper King redonnent foi en ce groupe New Yorkais qui m’a tellement diverti entre 1992 et 2009…

9. Opeth, In Cauda Venenum (Nuclear Blast)

Résultats de recherche d'images pour « in cauda venenum opeth »

Treizième album studio du groupe mené par Mickael Âkerfeldt, cet opus poursuit dans la veine progressive des 3 précédents efforts du groupe parus depuis 2011. Les fans de la première heure attendent encore le retour des ‘’Death Growls’’ d’Âkerfeldt. Ce dernier prend plutôt un malin plaisir à mener son groupe encore plus vers les territoires de Deep Purple, de Rainbow et d’Harmonium, pour notre plus grand plaisir. Avec ces paroles sombres, son orgue parfois inquiétant et des guitares lourdes seulement occasionnelles, cette galette n’est pas facile à digérer, mais ceci lui confère une dimension artistique ayant un impact à plus long terme. Ils seront à Montréal au début de 2020 au MTelus.

8. Leprous, Pitfalls (Inside Out/Sony)

Afficher l’image source

L’album le plus déstabilisant de ce palmarès, Pitfalls est un voyage introspectif dans la psyché du chanteur/compositeur principal de la formation norvégienne, Einar Solberg. Les sujets de la dépression et de l’anxiété vécues par Solberg sont abordés sans retenue et une musique souvent atmosphérique accompagne de façon majestueuse ces thématiques. Violoncelles, piano et synthés sont à l’avant-scène et les éléments plus lourds du groupe sont utilisés avec parcimonie sur l’album. Ce Pitfalls ressemble en fait à la bande originale d’une série norvégienne qui aurait été écrite à la suite d’unec ollaboration fructueuse entre Adèle, Muse et Radiohead. Du grand art à mes yeux, mais assurément pas aux goûts de tous…

7. Baroness, Gold and Grey (Abraxam Hymns)

Résultats de recherche d'images pour « baroness gold and grey »

On l’attendait ce nouveau Baroness. Certains ont été déçus du résultat, mais pas l’équipe de Philozique.com. Ce n’est pas l’album le plus Métal du groupe, on s’entend. Ceci dit, l’album est très solide et regorge de puissants missiles tels que Front Toward Enemy, Borderlines, Broken Halo et Seasons. On y retrouve également de nombreuses interludes atmosphériques qui rappellent un peu les expériences de l’album Yellow and Green. La nouvelle guitariste Geena Gleason cadre aussi parfaitement bien avec le groupe. Si cet album n’est pas plus haut dans mon palmarès, c’est en bonne partie en raison du son qui est un peu douteux : Baroness semble encore être pris dans la ‘’Loudness War’’ et ceci enlève un peu de valeur aux guitares qui semblent parfois manqué de tranchant. La qualité des pièces aurait grandement bénéficié d’une production plus cristalline, mais l’album demeure un must. Leur concert d’avril dernier au Corona fut mémorable.

6. The Darkness, Easter is Cancelled (Canary Dwarf/ Cooking Vinyl)

dark

Que ce serait-il passé si Jésus avait utilisé ses pouvoirs surnaturels pour éviter la crucifixion et combattre l’Empire Romain? C’est à cette question bizarre que les gars de The Darkness tentent de répondre avec cet album concept tout à fait savoureux (avec sa pochette controversée!) paru à l’automne. Un peu passé sous le radar depuis leur retour en 2011, le groupe mené par les frères Hawkins nous livre ici une suite de pièces des plus jouissives à la frontière entre Queen et AC/DC. La voix de Justin Hawkins demeure dans les hautes sphères du falsetto et cela peut déplaire à certains, mais comment ne pas sourire et s’amuser en écoutant Rock and Roll Deserve to Die, Easter is Cancelled, Heavy Metal Lover et Choke On It? Mission impossible…

Spirits of Fire, Éponyme (Frontiers)

Résultats de recherche d'images pour « spirits of fire cd »

Lancé sans tambour ni trompette au printemps, ce projet de supergroupe a été toute une surprise pour l’amateur de bon bruit que je suis. Formé de Tim Owens (ex Judas Priest) au chant, Chris Caffery (Savatage) à la guitare, Steve DiGiorgio (Testament) à la basse et Mark Zonder (ex Fates Warning) aux tambours, SoF nous a livré un album dans la pure tradition du Métal traditionnel. En fait, le disque donne l’impression d’être une suite logique de l’album Painkiller de Judas Priest paru en 1990. La production de Roy Z est impeccable et les chansons, telles que Light Speed Marching et Temple of the Soul, pour ne nommer que celles-là, donnent envie d’appuyer sur le champignon lors d’une ballade en voiture et de faire du ‘’air guitar’’ quand les solos arrivent. Très satisfaisante que cette rondelle de 11 chansons.

Slipknot, We Are Not Your Kind (Roadrunner)

Résultats de recherche d'images pour « slipknot we are not your kind »

Corey Taylor et sa bande étaient de retour en 2019 avec ce long-jeu qui remporte la palme de mon album de l’année pour le défoulement. Ce qui fait la force du disque, ce sont les chansons à la fois brutales et mélodiques telles que Nero Forte, Unsainted, Orphan ou Solway Firth. Certains critiques et fans du groupe ont noté l’absence de véritables solos de la part des guitaristes Jim Root et Mick Thomson. Ce n’est pas un problème à mes yeux car ils réussissent tout de même à créer des moments d’ambiances macabres très réussis. La production de Greg Feldman et le mixage de Joe Barresi sont tout à fait à point et finalement, que dire du travail de Jay Weinberg à la batterie? Il est tout simplement fantastique.

3. Spirit Adrift, Divided by Darkness (20 Buck Spin)

Résultats de recherche d'images pour « spirit adrift divided by darkness »

En studio, c’est le musicien/chanteur Nate Garret qui fait presque tout pour ce projet nommé Spirit Adrift. Depuis 2017, il s’est associé au batteur Marcus Bryant qui l’a aussi suivi en tournée avec d’autres musiciens. Il s’agit d’un album de Métal classique, parfois Doom, qui nous rappelle le Ozzy de l’époque Bark at the Moon et qui évoque aussi parfois Ghost. Nate Garret est un super guitariste capable de pondre de superbes pièces mélodiques et même, parfois, progressives. Des chansons comme We Will not Die et  Angel & Abyss valent à elles seules le prix de l’album. C’est tout simplement excellent comme album Métal et il faut le faire jouer à 11 pour l’apprécier à sa juste valeur.

2. Bombus, Vulture Culture (Century Media, Sony)

Résultats de recherche d'images pour « vulture culture bombus »

J’ai découvert cette formation suédoise grâce à l’ami Philozique. J’en suis encore sous le choc. Dès les premières notes de A Ladder- Not A Shovel, j’étais renversé. Le tout s’est poursuivi avec (You Are All Just) Human Beings et Mama, qui me sont restées dans la tête pendant des jours. Cet album a quelque chose d’addictif. Ces gars-là ont réussi à créer le chaînon manquant entre Mötörhead et Mastodon avec des chansons extrêmement mélodiques, tout en fournissant un son abrasif contrôlé à la perfection. Chaque écoute est comme une injection d’espresso directement dans les veines. Je me suis aussi procuré leur précédent album, Repeat Until Death, qui est d’une aussi grande qualité. C’est pour quand le concert à Montréal?

1. TOOL, Fear Inoculum (Volcano, RCA)

Résultats de recherche d'images pour « fear inoculum cover »

Une attente de 13 ans. Des rumeurs de toutes sortes. De faux espoirs… On n’y croyait plus, mais pourtant, ils l’ont enfin publié ce 5e album! Fear Inoculum est un voyage spatial vers plusieurs planètes de l’Univers Rock/Métal. Les morceaux Pneuma et 7empest sont tout simplement divins. Invincible, Descending et Culling Voices sont très solides et la chanson-titre débute très bien l’album. Même le solo de batterie de Dany Carey vaut le détour: ce dernier brille aussi tout au long de l’album. La production et le mixage de l’album sont merveilleusement réussis, le son de chaque instrument étant extrêmement bien positionné dans le spectre sonore. Maynard chante mieux qu’avant, les guitares d’Adam Jones attaquent les morceaux comme une scie à chaînes trancherait une livre de beurre et la basse de Justin Chancellor enrobe le tout à la perfection. C’est une expérience quasi-spirituelle que d’écouter cette galette. La version physique de l’album offre un emballage hors de l’ordinaire qui inclut un mini-écran et des effets sonores. Une première place bien méritée pour ce super album.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s