À grands coups de BHATT

On avait bien hâte d’entendre du nouveau stock studio de ce band de Québec nommé BHATT après cette belle visite au Pouzza en mai dernier. Du rock lourd, voire très lourd, aux accents metal post-hardcore. Du suicidecore auto-proclamé; on achète l’idée. Atmosphère plus que sombre, tombant parfois dans la noirceur absolue, on ne rigole pas avec BHATT. On frappe là où ça fait mal, et, ironiquement, ça fait du bien. Les passages techniques ajoutent une profondeur au tout sans dénaturer la charge émotive livrée avec hargne. Un peu comme si Embrace, Converge, Deftones et The Dillinger Escape Plan avaient trouvé un terrain d’entente créatif. De la puissance brutale, des passages destructeurs, de l’harmonie funèbre; c’est un peu tout ça cette galette éponyme de sept chapitres étalée sur une vingtaine de minutes. Une superbe livraison à se shooter sans modération.

https://www.facebook.com/Bhattqc/

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s