Catégories
musique

Dans les écouteurs

Édition spéciale de cette chronique aujourd’hui puisque trois albums produits par le même label sont à l’honneur. En effet, on n’attendait que la bonne occasion pour vous jaser de Ripple Music et de ses nombreuses réalisations. Créé en 2010, ce label californien ne cesse de présenter de solides albums rock, metal, stoner et cie. Depuis deux ans, nous sommes agréablement surpris par la qualité de plusieurs groupes et de leurs oeuvres. En voici trois qui jouent régulièrement sur nos playlists ces temps-ci.

Against the Grain – Cheated Death

C’est pas mêlant, on a l’impression que les gars ont fusionné du Motörhead pis du Thin Lizzy en prenant un peu beaucoup de vitamines. À moins que respirer l’air de Détroit rend un peu hyperactif, on le demandera à Nugget un de ces jours. Du rock rentre-dedans qui ne s’éparpille pas trop, ça se dirige droit au but et c’est impossible de ne pas taper du pied ou hocher de la tête en l’écoutant. En live, Against The Grain doit déménager pas à peu près, surtout dans un bar où tout le monde est dans la bulle de l’autre. En première partie de Zeke, on ne donnerait pas cher de la peau de l’établissement! Ne soyez pas surpris si ce Cheated Death se taille une place dans notre palmarès de fin d’année…

******

Freedom Hawk – Beast Remains

On ralentit un peu le rythme avec ce cinquième opus de cette formation de la Virginie, Freedom HawkBeast Remains propose un rock musclé, posé, peu échevelé. Ça sent le sud des States ainsi que l’influence du rock FM jumelé au metal des années ’80. Chaque note est appuyée, chaque riff est bien exécuté. La voix nasillarde semblable à celle d’Ozzy pourrait déplaire à certains, mais elle se fond très bien à la sonorité globale de l’oeuvre. Comme le dit si bien notre chroniqueur MA Rush, c’est de l’excellente musique de char. Si vous adorez le groupe Fireball Ministry, cet album est pour vous!

******

High Priestess – High Priestess

On plonge maintenant dans un stoner plus gras, plutôt doom, qui se la joue lourdement psychédélique dans le bon sens de l’étiquette. High Priestess, trio féminin sis à Los Angeles, nous propose un étrange voyage aux allures ésotériques sur cette première galette éponyme. La lenteur musicale et la douceur inquiétante des voix cachent assurément de vilaines intentions, on cherche à nous envoûter subtilement. Où nous mènera-t-on? Là est le grand mystère… et c’est parfait ainsi. Une ambiance des années ’60-’70 enrobée d’un son plus moderne, voire Iommi, le clash est intéressant. On aimerait bien voir et entendre en spectacle.

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s