Catégories
critique musique

Critique en trois temps

Une nouvelle offrande du groupe Les Trois Accords est toujours une source de curiosité; ce groupe mi-sérieux/mi-absurde peut-il pousser la blague plus loin tout en conservant sa crédibilité? Question de bien analyser cet album, il faut tenir compte des textes, de la musique et de la chimie globale; est-ce que le tout colle?

joiedetregai

D’entrée de jeu, le son et la structure des chansons attirent l’attention. Plus rock, plus guitare, plus distorsion. Difficile de ne pas penser à Weezer et à certains bands du début des années ’90. Un mélange de pesanteur et d’harmonie enrobé d’une touche volontairement brouillon, parfois pendant toute une pièce (Joie d’être Gai), parfois simplement pendant un passage (Dans le Coin, St-Bruno (Nuit de la Poésie III), J’ai un Massage pour Toi et Non, Toi Raccroche). Pour leur part, les titres J’Épile ton Nom et L’Esthéticienne cherchent, par leurs rythmes, à provoquer une bamboula. Puis il y a cette perle, Les Dauphins et les Licornes, qui sort du lot par sa structure en deux parties et par sa finale digne de mention.

Côté textes, on comprend rapidement les thématiques (homosexualité, amours compliqués, soins corporels) sans trop savoir s’il y a un lien entre les chansons ou non. Ce flou intentionnel est intéressant puisqu’on pourrait facilement voir l’album au complet comme un récit (en fignolant un brin) ou plutôt comme un recueil de dix courtes histoires; à l’auditeur d’imaginer des relations homosexuelles ou hétérosexuelles là où la clé n’est pas donnée… malgré les pistes suggestives! Quelques textes plus faibles ici et là, parfois pour favoriser les rimes ou les jeux de mots, mais n’est-ce pas là une signature du groupe?

Ça colle cette nouvelle offrande? Comme pour les albums précédents, une certaine magie s’opère après quelques écoutes. On passe outre l’absurdité apparente d’un couplet, un enchaînement rythmique inattendue, une note étrangement chantée. Par moment, on a également l’impression de réentendre une de leurs vieilles chansons puis, d’un seul coup, ça prend une autre direction. Le groupe continue à évoluer, à s’améliorer musicalement et à peaufiner ses idées textuelles, mais il reste fidèle à ce qu’il est essentiellement: un groupe qui veut amuser et divertir tant sur disque que sur scène. Un peu moins pop punk qu’au début, un peu plus rock faussement sale… et oui ça colle!

3a

Ceux qui ont adoré la tangente amorcée par J’aime ta Grand-mère devraient bien aimer même si l’approche musicale est plus musclée, on perçoit la progression malgré un retour vers certaines idées des albums antérieurs. Un disque intéressant dans son ensemble même si la première partie me semble supérieure à la seconde. J’aurais très bien imaginé la pièce Les Dauphins et les Licornes en fermeture d’album plutôt que la fade et molle C’est Pas Facial

Les Trois Accords – Joie d’Être Gai 7,5/10

Une réponse sur « Critique en trois temps »

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s