Combat # 1: Trivium ou Testament?

Nouvelle chronique où MA Rush et Roos Spekto doivent choisir un album plutôt qu’un autre, beau prétexte pour vous jaser de deux albums qui nous ont évidemment plu. Inspiré par les choix déchirants de Karisma, voici le menu de cette semaine, deux gros canons du printemps 2020: What the Dead Man Say de Trivium et Titans of Creation de Testament.

Le choix de MA Rush: Trivium

J’ai préféré  What the Dead Men Say de Trivium surtout à cause de deux facteurs : l’aspect mélodique de l’album et son côté dramatique. Il y a de très solides performances musicales sur ce Trivium et sur Titans of Creation de Testament, c’est indéniable. Par contre, Matt Heafy et ses camarades jouent beaucoup sur l’importance d’avoir des refrains accrocheurs et mélodiques. Roos me dit souvent que Matt en met trop, qu’il est un peu trop Over the Top à son goût. Personnellement, c’est ce que j’apprécie. Les gars de Trivium me font réfléchir et ne craignent pas d’aborder le sujet des relations amoureuses (Bleed Into Me, Sickness Unto You) en y mettant leur touche Groove-Thrash Métal. Sur d’autres morceaux comme The Catastrophist et What the Dead Men Say, c’est l’aspect ‘’Drama’’ qui ressort beaucoup. En fait, l’album de Trivium est plus terre à terre et ne sombre pas dans les clichés du Métal liés aux Démons et Sorcières, des sujets qui continuent à plaire à Chuck Billy de Testament.

 

Le choix de Roos Spekto: Testament

Cré Philozique, une vraie vermine, il savait très bien ce qu’il faisait en nous proposant ces deux albums. MA Rush craque comme une jouvencelle pour le beau Matt alors que de mon côté, Testament est pas mal le roi du thrash old school des dernières années. Mon métal musclé, je le préfère méchant et malpropre, deux points qui jouent en faveur de la bande à Chuck Billy. Comprends-moi bien, lecteur effarouché, je n’ai rien de majeur contre Trivium et leur dernier bébé nommé What the Dead Man Say, quand même excellent dois-je t’avouer, mais malgré le talent des gars et la qualité évidente des chansons, le truc viscéral ne se produit pas comme à l’écoute de ce solide Titans of Creation. Ici, on parle de pur thrash balancé avec rage et puissance. On ne cherche pas à te faire fredonner des refrains ou des passages, on veut t’arracher les tripes pis les lancer dans un pit violent. Il y a peut-être Children of the Next Level qui se démarque un peu sur le plan « air qui reste dans la tête », par contre l’ensemble est surtout porté sur l’abrasif et le décapant (WWIII, False Prophet et Curse of Osiris étant trois bons exemples). Le duo Skolnick/Petersen déchire comme d’habitude aux six cordes alors que Hoglan et Di Giorgio battent la mesure comme des champions. Seul petit bémol, MA Rush en a sûrement glissé un mot dans son paragraphe, le sujet un peu cliché de la sorcellerie, mais ça, c’est un détail…

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s