Catégories
MA Rush musique

MA Rush et ses coups de cœur 2018

Voici mon Top 11 Hard Rock/Métal  2018; oui, encore 11 cette année ! 

11.  Anthem of the Peaceful Army  Greta Van Fleet  (Lava/Universal)

Oui, ça sonne comme du Led Zep, je le sais, pas besoin de me le répéter. Est-ce bon quand même?  Certainement. La voix de Joshua Kiszka est en fait un croisement entre celle de Robert Plant et celle de Geddy Lee, période Fly by Night, 1975. Cette jeune formation du Michigan nous avait offert un EP de 8 pièces en 2017 et pour ce premier vrai album, on peut dire que c’est très réussi. Les chansons sont  simplement très bonnes et la qualité des instrumentistes est mise en évidence tout au long de l’album. J’ai eu la pièce Age of Man collée dans la tête pendant des semaines, et que dire de When the Curtain Falls, à part que c’est une chanson parfaite pour rouler sur l’autoroute en voiture? 

10.  Rainier Fog      Alice in Chains   (BMG)

Troisième album studio lancé depuis la mort de Layne Stayley, ce Rainier Fog m’a agréablement surpris. Les chansons sont vraiment plus solides que sur l’album précédent, The Devil Put Dinosaurs Here.  La voix deWilliam Duvall complète bien celle de Jerry Cantrell et leur jeu de guitare respectif est on ne peut plus solide. Les trois chansons les plus marquantes sont The One You Know, Drone et Never Fade.  Du très bon grunge à la sauce 2018. Ils ont d’ailleurs une nomination aux prochains Grammy Awards.

9.  Sonder    Tesseract       (Kscope)

Ce 4album de la formation progressive britannique est un pur bijou de métal progressif atmosphérique.  Les changements de tempos sont nombreux. Les sections brutales s’enchaînent à des passages planants d’une grande beauté. La voix angélique du chanteur Daniel Tompkins est parfois augmentée par les ‘’growls’’ du bassiste Amos Williams pour nous donner un résultat magistral. Les pièces Luminary, King et Juno nous donnent une très bonne idée de la qualité de cet album à mi-chemin entre Tool et Pink Floyd, époque Syd Barrett.

8. Evolution   Disturbed   (Reprise/Warner)

Je t’entends déjà, cher lecteur, en train de crier au scandale : ‘’Un album de Disturbed dans un top 11, WTF?’’   Eh bien oui! Enlève les préjugés de tes oreilles, l’ami!  Disturbed n’est plus un groupe de Nu-Métal. Le band fait du Hard Rock et enregistre même des ballades !  Le succès inattendu de la reprise de Simon and Garfunkel, The Sound of Silence, en 2015, a conduit les membres de la formation de Chicago à ouvrir leurs horizons pour ce 7e album studio. On retrouve toujours de très bonnes pièces crunchy et mélodiques sur 75% du long-jeu, comme AreYou Ready, No More, Stronger on Your Own et The Best Ones Lie, sur lesquelles la guitare de Dan Donegan est très mordante. Ce qui frappe le plus par contre, c’est la qualité des morceaux plus doux qui sont carrément irrésistibles après quelques écoutes. J’ai carrément craqué pour A Reason to Fight, Hold To Memories et Watch You Burn, morceaux sur lesquels la voix de David Draimanest mise en évidence. Un album très varié et totalement irrésistible.

7.  Maniac Mass Hysteria   (Verycords)

Maniac

Très attendu album du quintette français, ce Maniac n’a pas déçu. Un puissant mélange de Thrash et de Métal industriel, cet album nous frappe en pleine poitrine de par sa puissance sonore et les paroles engagées livrées en français, à la manière d’un Zack de la Rocha, par Mouss Kélaï.  Dès les premières mesures de Reprendre mes esprits, je savais que j’en aurais pour mon argent avec ce disque sans compromis et sans temps morts.  D’autres pièces comme Ma Niaque et Chaman Acide  sont balancées avec une précision et une brutalité euphorisante. Seul reproche: pas assez de solos de guitares, seulement deux sur l’album. Ils sont pourtant excellents et super bien exécutés…  On les verra au Club Soda le 14 juin prochain et nous avons très hâte à la rédaction!

6.  The Wake   Voïvod   (Century Media)

Non seulement le band de Jonquière est bien vivant, mais, wow, quel album!  Possiblement le meilleur depuis The Outer Limits paru en 1993 !  Chewy (Dan Mongrain) est la grande vedette de cet album à la fois Prog Métal, Space Métal, et légèrement Motörhead par moment. Mongrain est le meilleur guitariste au Québec et c’est bien évident sur ce disque rempli de morceaux sinueux aux tempos changeants. Away réussit à faire tenir tout ça de manière magistrale avec sa batterie nerveuse mais solide et précise comme un métronome. Obsolete Beings, morceau up tempo, donne le ton à l’album et ça se poursuit avec The End of Dormancy et son riff inquiétant et très pesant. Sur la dernière pièce, Sonic Mycellium, d’une durée de plus de 12 minutes, on peut entendre à peu près tout ce que Voïvod représente en terme de variété de styles : Métal Prog, Jazz, Punk,Trash, tout y est, et ça fonctionne de manière quasi miraculeuse. Du bonbon. Pour terminer, j’ajouterais que les solos de Mongrain, sur The Wake, sont les meilleurs entendus sur un album de Voïvod, toutes époques du groupe confondues. Avez-vous dit virtuosité?

5. Desolation  Khemmis  (20 Buck Spin)

De retour en 2018 avec leur troisième rondelle, le quatuor de Denver au Colorado nous a offert un excellent album de Doom aux accents NWOBHM.  Les pièces lourdes et pesantes sont aux rendez-vous bien sûr mais il semblerait cette fois-ci que l’accent fut mis sur les mélodies vocales et les harmonies  de guitares lors de l’écriture et le résultat est on ne peut plus jouissif. Les 4 membres du groupe, des universitaires un peu geeks, ont pris soin de bien calculer tous les détails importants pour nous offrir des bijoux comme BloodlettingIsolation et Maw of Time. Le growl est employé avec parcimonie et justesse sur cet album qui devrait devenir un classique du genre Doom. Du maudit bon bruit.

4. Prequelle  Ghost (Loma Vista/ Concord)

Cardinal Copia (Tobias Forge) et ses Nameless Ghouls ont pondu un album de très grande qualité avec ce Prequelle. À mi-chemin entre DioBlueÖyster Cult et Meat Loaf, le groupe  donne parfois l’impression de jouer une messe pseudo-démoniaque-Hard Rock sur Broadway, mais le résultat est absolument exquis.  Des pièces comme Faith, See The Light, Dance Macabre et possiblement le single de l’année, Rats, ne peuvent que faire sourire et faire apprécier le talent artistique de cette formation suédoise. Le disque est mélodique et possède un côté quétaine et cheesy qui le rend adorable. Il s’agit du  plaisir coupable de l’année sur la planète Hard Rock/Métal.

3. Firepower  Judas Priest  (Sony/Columbia)

Je n’y croyais plus. Après le décevant Nostradamus en 2008, le départ du guitariste KK Downing en 2011 et le très moyen Redeemer of Souls paru en 2014, j’étais convaincu que les Priests étaient morts et enterrés. Un beau jour de mars dernier, l’ami Roos me dit : MA, tu devrais écouter le nouveau Priest! Je lui fis ma face sceptique à la François Pignon… J’ai quand même pris le temps d’aller l’acheter. À la première écoute, déjà, le poil levait sur mes bras! Ce qui frappe au départ, c’est la qualité du son : une tonne de brique en plein visage! Nous avons affaire à une production très mordante et musclée de Tom Allom et d’Andy Sneap. L’album regorge de chansons que l’on peut fredonner rapidement même si les paroles sont parfois un peu puériles. Tout le monde semble en grande forme sur l’album : le Metal God Rob Halford possède toujours sa voix typique, la batterie de Scott Travis explose à chaque mesure et les guitares de Faulkner et Tipton sont tranchantes à souhait et leurs riffs et solos sont bien juteux. Les morceaux Firepower, Lightning Strike, Evil Never Dies donnent le ton et ça n’arrête pas pour toute la durée de l’album. Il est clair que ce long jeu tournera encore souvent dans ma voiture lors de mon prochain Road Trip vers le sud des USA.

2. A Dying Machine   Tremonti   (Napalm Records)

Ce 4e effort du projet solo du guitariste d’Alter Bridge, Mark Tremonti, fut l’album qui tourna le plus dans ma voiture en 2018. L’histoire de ce disque concept tourne autour de la volonté humaine de créer des robots-machines parfaits, robots qui voudront ultimement la même chose que des humains : la liberté de vivre et d’aimer.  A Dying Machine est un savant mélange de Thrash Métal, de Grunge, de Classic Rock et de Pop. Les morceaux sont tous mélodiques à souhait. On retrouve une panoplie de riffs et de solos bien crémeux de la part de Mark Tremonti. Le batteur Garret Whitlock fait un travail colossal pour jongler avec tous les styles présents dans les compositions complexes de Tremonti. Les pièces Bringer of War, A Dying Machine, Make it Hurt et Take You with Me donnent une très bonne idée de la grande qualité de cet album grandiose. Du grand art !

1. Automata 1 and 2  Between the Burried and Me   (Sumerian Records)

Parues à quelques mois d’intervalle,  les deux parties d’Automata lancées par la formation de la Caroline du Nord m’ont littéralement jeté par terre. Le groupe a un son très particulier et puise dans le Death Metal, le Jazz, le Prog et l’Avant-Garde pour nous concocter des pièces imprévisibles, parfois brutales, parfois planantes et parfois déstabilisantes. Le concept d’Automata tourne autour de la possibilité de voir les rêves des autres êtres humains. Le chanteur et claviériste Tommy Rogers passe facilement d’une voix angélique à un Death Growl sans que ça ne soit trop difficile.  Des morceaux comme Condemned to the Gallows, Millions, Blot et Voice of Tresspass laissent une marque indélébile dans le cerveau et les oreilles de celui qui se donne la peine d’écouter cet album. Le groupe est en nomination aux prochains Grammys pour la pièce Condemned to the Gallows et mériterait amplement de gagner. Pour les avoir vus en concert au Heavy Montréal, je peux certifier que les gars sont des phénomènes. Tommy Rogers et ses acolytes, Paul Waggoner et Dustie Waring aux guitares, Dan Briggs à la basse et Blake Richardson aux tambours, sont des virtuoses, purement et simplement. Il faut voir le groupe sur scène pour réaliser à quel point il est puissant, précis, talentueux et important.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s