Catégories
musique nostalgie

Simplement Lemmy

Ian Fraser Kilmister, devenu Lemmy depuis son adolescence, aura marqué mon imaginaire et ma conception de la musique rock. L’homme au visage unique, avec sa moustache rebelle qui se fusionne aux favoris et ses impressionnants grains de beauté protubérants, représente aux yeux de plusieurs l’incarnation d’un dieu du rock and roll. Lemmy serait le premier à refuser cette étiquette. Il est tout simplement un membre de Motörhead, un groupe de rock and roll.

lemmywantsyou

Mon premier spectacle de Motörhead remonte au 10 février 1988, au Forum de Montréal. Le band jouait en première partie lors du Live in the Flesh Tour de Alice Cooper. Avant cette date, la troupe de Lemmy n’avait jamais réussi à me séduire. Au contraire, j’étais intimidé par ce chanteur au look de pirate/cowboy (sur une Harley) et par tous ces durs qui arboraient fièrement le fameux Snaggletooth sur un vêtement… ou directement sur la peau! Seuls les bums et les bikers du village s’affichaient aux couleurs de Motörhead, ce groupe ne s’adressait donc pas à un gars comme moi…

snaggletooth

Comme j’étais dans l’erreur! Dès l’arrivée du groupe sur la scène, je sens la vibe. La foule s’excite, le show débute. Je ne connaissais pas la plupart des pièces, mais chaque note rentrait au poste. J’étais hypnotisé par la prestation de Lemmy. Sa façon de maltraiter sa Rickenbacker, la puissance du son qu’il génère, sa posture devant son micro surélevé. Lemmy n’imite personne, il possède son style particulier; même son attitude sex, drugs & rock and roll lui est propre. Il livre la marchandise avec conviction, les hymnes pénètrent nos âmes tout en défonçant nos tympans. Les autres musiciens sont à la hauteur, mais c’est Lemmy qui monopolise malgré lui mon attention. Alice Cooper aura beau donner une solide performance un peu plus tard en soirée, mes oreilles et ma mémoire se souviennent davantage de Motörhead!

Quelques jours plus tard, il n’y avait plus seulement Killed by Death et Ace of Spades dans mon répertoire, une dizaine de titres y apparurent instantanément. Ce n’était que le début…

ozzy

Depuis, j’ai pas mal apprivoisé la discographie du groupe. Je préfère certains albums, j’apprécie moins quelques autres, mais l’écoute d’une galette de Motörhead est toujours une agréable expérience. J’avoue ce petit faible pour les dernières oeuvres, toutes au-dessus de mes attentes. Combien de bands peuvent se vanter d’avoir été si pertinents du début à la fin sur une si longue période? Certains disques auraient pu être mieux enregistrés, l’expérience live n’est pas toujours bien rendue sur cd, mais chaque rondelle contient une ou plusieurs perles. Et plus les années passent, plus l’héritage de Lemmy et ses potes prend de la valeur à mes yeux.

motorhead-phil-lemmy-and-mikkey

Je ne suis pas seul à aimer profondément Motörhead. Il y a des milliers de rockers, de metalheads, de punks et d’amateurs de musique qui éprouvent le même sentiment. Lemmy était un rassembleur, un botteur de culs, un modèle malgré ses nombreux abus. Ce leader charismatique est peut-être décédé le 28 décembre dernier, mais tout ce qu’il nous a légué risque de demeurer actuel très longtemps.

Merci, Lemmy. R.I.P.

Roos

Photos: site officiel de Motörhead

Vous désirez en savoir plus sur Lemmy et Motörhead? Voici un lien pour visionner le très intéressant documentaire intitulé Lemmy, sorti en 2010. Disponible gratuitement pour quelques jours encore…

http://concert.arte.tv/fr/lemmy

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s